Et son sperme gicle sur ma poitrine, je suis une chienne quand il se branle devant mon corps nu.

C'est à celle qui criera le plus fort quand la violence des coups nous fera tomber. Ca fait dix ans que je n'appelle plus maman au lit et pourtant hier face au monstre j'ai eu la trouille.

29 juin 2009

Vérité.

Ce blog est un appel à la vie. Un appel à l'aide surtout. Face à cette douleur qui m'oppresse, cette solitude qui me tue. Je ne réclame rien, j'ai juste besoin de hurler des mots isolés. De crier sans que cela ne dérange quiconque. Je sais que personne ne veut m'entendre, m'écouter et me comprendre. Je sais que je suis seule, triste et abandonnée. Ne voulant pas énerver quelqu'un, j'ai choisi de me plaindre ici, là où je n'oblige pas les gens à lire. Tout le monde est libre de se moquer, de partir et même de rester. J'ai juste besoin d'écrire pour me poser, me pauser. Les mots jaillissent comme des larmes ou des gouttes de sang. Ça me fait autant de bien que de mal mais ça m'aide à ne pas tomber, à toucher le fond parfois mais alors pour mieux remonter. Je me dois d'écrire pour ne pas laisser cours à cette violence et cette haine qui m'habite. Même si souvent encore je panique en repensant à tout ce qui m'est arrivée, à tout ce que je cherche à oublier, les mots m'aident à mettre une distance entre le présent et le passé. Je veux croire que j'ai changé, que ce que je mets ici, entre ces lignes n'est plus au programme du maintenant. J'ai l'espoir de guérir et d'aller mieux. De pouvoir faire confiance à des gens, d'avoir des amis, des amants. Simplement ne plus avoir peur pour rien. Et sourire.

Posté par brokenflowers2 à 02:44 - Permalien [#]